La cellulite dentaire, ou la cellulite cervico-faciale, n’a pas de rapport avec la cellulite que l’on comprend communément, et qui est l’accumulation de graisses dans le corps. La pathologie dont nous allons parler n’est pas bénigne. Elle résulte, comme tous les problèmes graves de la bouche, d’un défaut de soin, et d’un progrès d’infection négligée. Les conséquences de la cellulite ne sont pas seulement d’ordre esthétique. Elles peuvent mettre en danger la vie de la personne atteinte.

En quoi consiste donc la cellulite dentaire ? Comment se développe-t-elle et quels sont les moyens d’y remédier ?

La cellulite dentaire n’est pas un cas qu’il faut prendre à la légère. Les enfants surtout sont touchés par ce mal. Une carie mal soigné ou négligée, une angine tenace et persistante peuvent en être la cause. Par irradiation, l’infection s’étend à l’entour de la dent malade, dans la gencive. La cellulite se forme. La peau est rouge et bouffie, et l’on a mal surtout la nuit. La propagation peut se limiter au voisinage de la dent infectée, mais dans d’autres cas, elle peut atteindre le visage entier et les tissus de la gorge. Le gonflement des muscles peut dès lors gêner mortellement la fonction respiratoire.

Le cas de propagation modérée, c’est ce qu’on nomme la phase séreuse. La peau est tuméfiée, brûlante et douloureuse dans la zone infectée. Une rougeur la couvre. Il est urgent de reconnaître ces symptômes, qui se compliquent faute de soin, après plusieurs jours. Autrement, il survient une phase appelée phase de suppuration, durant laquelle se forme un abcès, au sein de la dent malade, où s’accumule une poche de pus. Le gonflement est plus important ; la peau reluit, brûle, et rougit bien plus que dans la phase antérieure. Ce n’est malheureusement pas tout. Une dernière phase, celle de la fistulisation, définit le moment où la peau s’entrouvre afin de rejeter le pus.

Le diabète, le tabac, l’immunodépression, l’alcool et la drogue sont des facteurs qui aggravent l’infection.

Il n’y a, pour commencer, rien de mieux que la prévention et l’hygiène constante de la bouche et des dents pour éviter cette grave maladie. Celle-ci est diagnostiquée par le spécialiste au moyen d’un scanner. Il mesure aussi la gravité de l’infection. La prescription de médicaments suffit généralement : des antibiotiques, soit par voie orale, soit par injection si le cas est urgent. Des antidouleurs et des anti-inflammatoires. Bien sûr la carie doit être traitée en premier lieu, et le dentiste peut effectuer une chirurgie, si l’opération s’impose, afin d’enlever le pus accumulé et la dent carieuse.