La pathologie des dents surnuméraires, ou l’hyperdontie, se manifeste de plusieurs façons. Il s’agit d’une maladie caractérisée par un nombre excessif de dents. Ces dents se présentent soit sous une forme normale ou anormale, relativement au nombre de leurs racines ou de leurs cuspides, c’est-à-dire les pointes sur la face occlusale de la dent.

L’hyperdontie la plus courante porte le nom de mésiodens. Il s’agit d’une dent de trop dont la racine pousse dans la suture médiane du palais, entre les deux incisives centrales maxillaires. Autre cas d’hyperdontie : c’est la distomolaire. Il s’agit d’une quatrième molaire, de taille moindre, qui pousse derrière les autres molaires normales. Si l’excès de dents se manifeste généralement par une ou deux dents supplémentaires, il existe, à un degré plus rare, des personnes ayant plus d’une quarantaine de dents.  

A quoi est dû le surnombre des dents ? Quel est son impact sur la disposition dentaire ?

Le surnombre dentaire est souvent du à des facteurs génétiques. Dans une même famille, l’hyperdontie se communique de génération en génération. Le surnombre de dents peut être héréditaire, mais ce n’est pas la seule raison. Il existe également plusieurs facteurs environnementaux qui pourraient conduire une personne à développer un excès de dents. A à des radiations peut amener à développer l’hyperdontie au moment de la naissance ou pendant la croissance.

Quant aux symptômes, il y a plusieurs signes visibles à travers la radiographie qui indiquent la présence de futures dents. L’hyperdontie provoque des problèmes orthodontiques, parmi lesquels le chevauchement dentaire.

On parle de chevauchement dentaire, ou d’encombrement dentaire, lorsqu’une ou plusieurs dents brisent l’alignement naturel des autres dents, faute d’espace dans la mâchoire. C’est un mal très répandu, et qui touche à peu près le neuf-dixième des jeunes âgés de 12 à 18 ans. Si le chevauchement dentaire est constaté dans une dentition transitoire, il perdurera dans une

Outre qu’il rend le sourire disgracieux, le chevauchement dentaire entraîne aussi des problèmes liés à la santé dentaire. Une dent qui empiète sur une autre complique le brossage de dents, et favorise la formation de plaque bactérienne dans les interstices inaccessibles. Un tel phénomène peut donner lieu à de sévères maladies parodontales. Le chevauchement dentaire peut provoquer aussi des problèmes mandibulaires fonctionnels (difficulté à articuler ou à mastiquer), et même affecter le système nerveux : des études ayant prouvé que le mauvais alignement des dents entraîne des céphalées et des maux de tête. Sans parler des déchaussements dentaires et de la mauvaise haleine.

Pour harmoniser le sourire et remédier au chevauchement des dents, l’orthodontiste devra procéder à la pose d’un appareil dentaire. Le type d’appareillage sera adapté à l’état de la dentition et à la dimension de la mâchoire, et l’on peut choisir entre les bagues dentaires traditionnelles ou le dispositif transparent Invisalign. D’ailleurs, les appareils conçus pour pallier les problèmes d’alignement évoluent constamment et se font de plus en plus discrets. Etant donné les répercussions de l’encombrement dentaire sur la santé et l’esthétique des dents, il est impératif de consulter un orthodontiste.