Les ulcères et les inflammations de la bouche sont très différents d’aspect et de grandeur et peuvent affecter toutes les zones de la bouche, parmi lesquelles il faut comprendre les lèvres. Il est possible de voir chez certains patients touchés par cette pathologie des boursouflures et des rougeurs dans la muqueuse interne de la bouche. Ces gonflements peuvent être accompagnés de lésions isolées et causant de violentes douleurs. Ces lésions sont des entailles qui percent le tissu interne de la bouche. C’est l’endommagement des cellules superficielles de la bouche. Il va sans dire que les bactéries s’introduisent en masse dans ces cavités.

Les ulcères, comme on a dit, ont des aspects variables. Les uns sont rouges, et les autres blancs. Ces derniers, dont la couleur s’explique par l’accumulation de résidus cellulaires et alimentaires, témoignent d’un stade de pathologie plus avancée. C’est dans la partie centrale des ulcères que cet amas de déchets hybrides se forme. Il faut distinguer ces ulcères d’avec les cloques, désignées, sous le nom de vésicules, et qui sont remplies d’un pus transparent. Ces tubérosités peuvent se développer au fond de la bouche en sorte que le patient paraisse extérieurement valide. Les ulcères bénins peuvent causer des couleurs tant qu’ils n’ont pas été traités et compliquent l’alimentation. Cette pathologie a donc des incidences directes sur l’état de santé générale de la personne.

A quoi sont dus les ulcères buccaux ?

 Les ulcères ont malheureusement souvent des causes mal identifiées. Ils peuvent aussi bien être occasionnés par une réponse allergique de l’organisme, que par une substance physique ou chimique irritante. Les causes infectieuses ne sont pas à exclure. Les parties internes de la bouche ont un nettoyant naturel : l’activité salivaire. Le dessèchement de la muqueuse interne, la réduction de salive fragilisent l’immunité de la bouche. Ce qui augmente les risques d’apparition d’ulcères.
Parmi les raisons les plus fréquentes, on compte les inflammations de la muqueuse buccale : c’est la stomatite, ou prosaïquement les champignons ; les virus, même bénins ; les maladies infectieuses touchant l’intérieur de la bouche ; les réactions allergiques à des médicaments, en particuliers ceux usités dans les traitement chimiothérapiques. Et bien sûr les méfaits à long terme du tabac et des alcools forts.
En général, toutes les détériorations subies par les parties intérieures de la bouche peuvent donner lieu à des formations d’ulcères. Par exemple, lorsque la face interne des joues a été entaillée par le frottement d’une dent brisée ou d’un appareil prothétique mal agencé. Si la surface d’une cloque est crevée, un ulcère se forme. Il convient d’éviter certains aliments quand les premiers symptômes apparaissent. Les aliments acides et les astringents (connus pour irriter les muqueuses buccales) sont à éviter. Les sucreries sont pareillement déconseillés, et même les bains de bouche et les dentifrices.

Les étapes du traitement administré 

 Les ulcères buccaux sont traités comme toutes les infections qui attaquent le système bucco-dentaire du patient. Le dentiste se renseigne d’abord sur les symptômes présents et examine les antécédents médicaux du patient. Le spécialiste, qui connaît toutes les pathologies dont les complications causent l’ulcère, sera à même de se faire une idée claire de la maladie du patient. Un examen clinique complètera ses déductions. Le dentiste fait un examen approfondi de la bouche et localise les ulcérations relevées ainsi que leur gravité. Une fois l’origine de l’ulcère définie, le praticien conseillera des anti-inflammatoires et des médicaments adaptés.
Il appliquera localement aussi des substances sur les zones touchées par le développement d’ulcère. Par exemple : des revêtements protecteurs, des analgésiques, et des gels épais réduisant l’irritation. Le dentiste prescrira également un brossage de dents superficiel et des bains de bouche à base d’eau salée.