L’utilité de la prothèse dentaire est dans la correction artificielle des imperfections dentaires. Si vous savez peu de choses sur les soins dentaires prothétiques, nous vous aiderons ici à mieux les connaître. Nous verrons, d’une part, les variétés de prothèses et leur confection dans les laboratoires.

 

Les variétés de prothèses dentaires fixes et amovibles

 

Qu’est-ce qui nécessite le recours aux prothèses dentaires ? Si l’on a une ou plusieurs dents manquantes, ou cassées, ou détériorées, il est alors hautement recommandé de se faire poser une prothèse dentaire, et le plus tôt serait le mieux. En effet, la négligence de l’un de ces problèmes peut entraîner des complications plus coûteuses et plus difficiles que la simple pose de prothèse. Par exemple, une dent absente peut endommager la gencive, et donc gêner la mastication, et finalement causer des nausées et des brûlures d’estomac. Et, comme vous le savez, le mauvais état d’une dent s’aggrave inévitablement. Ce qui perturbe votre structure dentaire, et provoque, parmi les moindres effets, des problèmes d’articulation maxillaire.

Il existe deux types de prothèses dentaires : les prothèses dentaires fixes et celles amovibles. Plusieurs sous-types de prothèses dentaires fixes sont proposés au patient en fonction de la nature et de la gravité de son problème. a couronne, par exemple, est utilisée lorsqu’une dent est très endommagée. Elle recouvre et rétablit la dent en s’appuyant sur la racine. La facette dentaire, quant à elle, est nécessaire si l’on veut modifier l’apparence de sa dent et la rendre plus esthétique. Elle se pose sur la face des dents et leur donne un plus bel aspect, en corrigeant les lacunes. L’implant a un tout autre rôle. Vissé dans l’os de la mâchoire, il se substitue à la racine même, si elle a été abîmée ou détachée. D’autres sortes de prothèses dentaires fixes sont non moins nécessaires dans certains cas : comme le bridge qui est très utile pour combler un espace vide entre les dents. Enfin, parmi les prothèses dentaires fixes, il est possible au dentiste d’effectuer l’inlay ou encore l’onlay lorsqu’une dent est cariée et qu’il n’est pas possible de recourir à une couronne. Plus exactement, l’inlay raccommodera la partie interne de la dent, tandis que l’onlay recouvrira la partie brisée de la dent.

Pour ce qui est des prothèses dentaires amovibles, le choix qui s’offre au patient est plus restreint. Deux sortes de dispositif les constituent : la prothèse dentaire partielle, dont la fonction est de remplacer plusieurs dents manquantes, et qui est une sorte d’assemblage métallique pourvu de crochets qui s’attachent aux dents présentes. En revanche, la prothèse dentaire complète (ou dentier), comme son nom l’indique, est une reconstitution intégrale de la denture, une greffe entière des dents.

La facette dentaire peut être faite de métal (dont le titane, le chrome ou le nickel) ou de céramique, ou bien d’un alliage des deux. La céramique, en particulier, produit un excellent effet de naturel, et imite la couleur de la dent.

 

 

 

Comment se fabriquent les prothèses dentaires ?

 

 

Après l’énumération des prothèses dentaires, voyons de plus près le travail minutieux et discret de ceux qui les fabriquent à la demande du dentiste. Les prothésistes dentaires, qu’on nomme aussi les mécaniciens dentaires, se distinguent des dentistes en ce qu’ils n’ont pas besoin de voir les patients. Ils exercent dans un laboratoire indépendant. Ils fabriquent de toutes pièces une ou plusieurs dents artificielles, amovibles ou fixes, en s’aidant de matériaux divers, de maquettes de cire, des empreintes dentaires du patient, et d’outils technologiques sophistiqués.

Quel est exactement le travail de l’ouvrier des prothèses dentaires ? Quelle formation suivent-ils pour exercer ce métier ?

Le prothésiste dentaire, comme le dentiste, a pour tâche définitive de donner, par des moyens divers, de l’harmonie aux sourires. Il recueille d’abord les empreintes de la cavité buccale du patient. Puis il effectue, en un premier temps, un moulage en cire des futures dents artificielles. Il s’aide, dans cette opération, d’instruments technologiques virtuels très avancés. Le prothésiste dentaire s’assure que le moulage s’accorde à l’empreinte de la bouche, au millimètre près. Il choisit le matériau de la prothèse finale qu’il se met dès lors à modifier. Selon le souhait du patient ou la recommandation du dentiste, il peut employer de la céramique, une pâte thermoplastique, de la résine ou du métal. La prothèse faite, il reste encore à lui fournir une teinte similaire aux dents naturelles du patient. Ici le prothésiste dentaire effectue une réelle action d’artiste, et c’est quelquefois une tâche malaisée de trouver la bonne nuance.

Ces artisans dentaires ne sont pas sans raison appelés mécaniciens. Certaines opérations exigent des précautions sécuritaires. Pour éviter l’absorption de poussières et de vapeurs chimiques, le prothésiste dentaire se munit de lunettes et d’un masque.

A la demande du dentiste, il peut encore opérer des retouches et des réajustements. Ce travail exige un savoir-faire impeccable. Le prothésiste dentaire doit être minutieux : il doit veiller au millimètre près à l’adaptation de la prothèse, au risque de nuire au patient. Il doit manier avec dextérité les moulages et les éléments fins et petits, et posséder un sens de l’harmonie et de l’esthétique. Il ne s’agit là que d’une partie du travail du prothésiste dentaire. Ses fonctions sont plus étendues. Il s’occupe, par exemple, de l’entretien de son équipement, qu’il désinfecte et rafistole au besoin. Il crée toutes les sortes d’appareils prothétiques et orthétiques : couronnes, gouttières, mainteneurs d’espace, stellites, etc.

Au Maroc, ce métier nécessite une formation qui dure deux ans, après laquelle est délivré le diplôme de prothésiste dentaire. Cette formation est accessible à tous les titulaires de baccalauréat toutes séries confondues. Parmi les établissements formateurs, on compte l’Université Mohammed VI des Sciences de la Santé, située à Casablanca, et l’OFPPT. La limite d’âge admissible est de 23 ans pour les bacheliers et 26 pour les titulaires de licence.

Au début de sa carrière, un prothésiste dentaire au Maroc perçoit mensuellement un salaire d’environ 4000 dirhams. Il peut gagner quatre fois plus s’il est expérimenté et habile.